voiture sur route de campagne
Accueil » Actualités » Les plastiques continuent de rendre les voitures plus sûres pour les personnes et l’environnement
|

Les plastiques continuent de rendre les voitures plus sûres pour les personnes et l’environnement



Un directeur des affaires et du développement de produits pour un équipementier automobile de rang 1 spécialisé dans le moulage par injection revient sur les percées technologiques de l’industrie, dont beaucoup ont été rendues possibles par les plastiques.

Avant d’être confirmé au poste de secrétaire aux transports, Pete Buttigieg a appelé à des millions de nouveaux véhicules électriques sur nos routes pour relever les défis du changement climatique. C’est un objectif qui ne serait pas possible sans les plastiques. Au fil des ans, j’ai eu le privilège de travailler avec des fabricants de plusieurs secteurs et on ne saurait trop insister sur l’impact que les plastiques sont devenus.

Peut-être qu’aucun autre matériau n’est aussi polyvalent. C’est le rêve d’un designer de pouvoir créer quelque chose avec une telle précision, répétabilité et économie. Quel autre matériau peut être aussi souple que le papier, aussi dur que l’acier ou aussi doux qu’une couverture ? Il est disponible dans pratiquement n’importe quelle couleur ou texture et peut être moulé de manière à former une seule pièce pouvant en remplacer une douzaine d’autres et remplir la même fonction, mais en mieux. Il nous protège des pièces mobiles, de l’électricité, des germes, de l’oxydation, de la chaleur, du froid, etc.

En tant que directeur des affaires et du développement de produits pour un équipementier automobile de niveau 1 spécialisé dans le moulage par injection, j’ai pu constater de visu comment les composants – et les matériaux eux-mêmes – ont évolué. Nous avons présenté des pièces précédemment fabriquées en métal qui étaient sophistiquées, performantes, attrayantes et légères. Dans un cas, une pédale d’embrayage en fonte de 40 livres avait été repensée en plastique. Le nouvel assemblage composite était tout aussi efficace, pesant environ deux livres.

Chaque année, des pièces en plastique innovantes sont introduites pour réduire efficacement le poids des véhicules. L’efficacité énergétique peut augmenter jusqu’à 8 % pour chaque 10 % de réduction de poids. Sans surprise, les voitures contiennent aujourd’hui environ 50 % de plastique en volume, alors que le matériau ne représente que 10 % du poids. Tout aussi important, des pièces bien conçues peuvent réduire les temps d’assemblage, les réparations et les besoins de remplacement, contribuant ainsi à réduire le besoin de ressources.

Les voitures modernes sont incroyablement efficaces par rapport à il y a seulement quelques décennies. Cependant, ils sont également plus luxueux, souvent au prix d’un ajout de poids. Les rétroviseurs électriques, les sièges électriques, la direction assistée, les freins assistés, la climatisation et les toits ouvrants sont tous entraînés par des moteurs individuels et des faisceaux de câbles complexes pesant des centaines de livres. Les systèmes d’échappement modernes réduisent les produits chimiques nocifs qui seraient autrement libérés dans l’air sous forme de polluants, mais ils sont lourds. Les sacs gonflables ont réduit le nombre de décès sur les routes de 60 % au cours des 20 dernières années et nous nous sentons plus en sécurité à grande vitesse dans une cabine en plastique/métal conçue avec des zones de déformation stratégiques. Quelles fonctionnalités êtes-vous prêt à abandonner ?

Aujourd’hui, de nombreuses voitures parcourent de manière fiable des centaines de milliers de kilomètres. Dans les années 1950, la plupart des « articles d’usure » ​​étaient garantis pour seulement 4 000 miles. Les pneus de voiture exploseraient entre cinq et 10 000 milles. En moyenne, vous pouvez vous attendre à parcourir environ 12 miles par gallon. La rouille était un ennemi constant. Les freins et les amortisseurs devaient être remplacés à environ 5 000 milles. Roulements de roues, bougies, calage, batteries, la liste est longue. Nous avons vu des progrès incroyables.

Pourtant, à une époque de conscience accrue de la durabilité, la contribution du plastique peut être mal comprise. Au Canada, par exemple, le gouvernement fédéral cherche à interdire certains plastiques à usage unique d’ici la fin de 2021. Le gouvernement a choisi une approche réglementaire étrange et potentiellement périlleuse. Plus précisément, ils ont cherché à ajouter ces éléments à l’annexe 1 de la LCPE — une liste de substances toxiques conçue à l’origine pour gérer les produits chimiques, et non les produits de consommation. Le résultat est un message déroutant pour les consommateurs : les plastiques, par définition, sont « toxiques » – une pente glissante, en effet.

Alors que les entreprises et les gouvernements reconnaissent qu’il n’est pas durable de soutenir une population de 10 milliards de personnes au coin de la rue, nous débattons de la manière de passer d’une société linéaire (jetable) à une économie circulaire (réutilisable). Les injures arbitraires – définissant tous les plastiques comme «toxiques» – sont les boucs émissaires d’une industrie qui a livré – et continue de livrer – tant de bien. Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de mettre davantage l’accent sur les infrastructures de recyclage et les programmes de réutilisation et de récupération afin de fournir un environnement propre, sûr et équilibré.

Alors que nous discutons de nos idées et réflexions sur la façon de partager la planète de manière plus responsable, faisons les choses correctement. En adoptant les nouvelles technologies, l’innovation et les matériaux et procédés hautement performants, je suis convaincu que nous continuerons de voir l’industrie des plastiques apporter des contributions importantes, comme elle l’a toujours fait.

A lire également